Index
Suivante
Précédente
DE CAPDENAC À ARVANT • YTRAC ➤ AURILLAC

DE CAPDENAC À ARVANT • YTRAC

SÉMAPHORE LARTIGUE
SÉMAPHORE LARTIGUE
 
13/08/1979 • YTRAC (15) • 44° 54' 38" N , 02° 21' 52" E

INSTRUCTION N° 290
USAGE DES SÉMAPHORES ÉLECTRIQUES
POUR LE CANTONNEMENT DES TRAINS
SUR LES LIGNES À DOUBLE VOIE
DESCRIPTION — FONCTIONNEMENT NORMAL

ART. 4. — Poste sémaphorique

Un poste sémaphorique comprend pour chaque sens de circulation :

  • Une grande aile mobile qui est placée à la partie supérieure du mât et dont la face destinée à donner les indications aux Mécaniciens est peinte en rouge.
    La grande aile présentant au Mécanicien sa face rouge développée horizontalement à gauche du mât et, la nuit, deux feux, l'un rouge et l'autre vert, commande l'arrêt, à tout train, machine ou manœuvre qui se présente devant cette grande aile sauf exception prévue par la présente instruction, ou, en cas de manœuvre ne sortant pas de la zone d'action du poste, sauf autorisation formelle d'avancer donnée par le Chef de service ou son Délégué et dans les conditions particulières indiquées au Mécanicien. Sous réserve des mêmes exceptions, la grande aile à l'arrêt interdit de plus, la circulation au delà de la zone d'action du poste dont dépend le sémaphore à tout train, machine ou manœuvre placé en un point quelconque de cette zone.
    La grande aile abattue verticalement et présentant, la nuit, un feu blanc, autorise le passage ;
  • Un aileron peint en blanc, s'enclenchant électriquement, tantôt dans la position verticale, tantôt dans le position horizontale. Lorsque cet aileron se développe horizontalement, il annonce au poste qu'un train se dirigeant vers lui a quitté le poste précédent ;
  • Deux appareils pourvus chacun d'une manivelle portant les numéros 1 et 2 destinés à manœuvrer par un demi-tour de manivelle l'aile ou l'aileron.
    La manœuvre de la manivelle n° 1 fait apparaître horizontalement la grande aile du poste du poste et en même temps l'aileron du poste suivant.
    La manœuvre de la manivelle n° 2 efface l'aileron du poste et produit, en même temps l'effacement de la grande aile du poste précédent, à moins que la manivelle n° 1 correspondante ne soit immobilisée par le dispositif spécial de calage visé ci-dessous ;
  • Deux timbres. L'un sonne quand la grande aile tombe ; l'autre, quand l'aileron se développe horizontalement ;
  • Un bouton de contrôle placé sur le côté de la boîte de l'appareil n° 1 pour vérifier :
    a) Lorsque la grande aile vient d'être développée horizontalement que l'aileron correspondant est également horizontal : le bouton pressé à fond de course doit alors faire tinter une sonnerie trembleuse ;
    b) Lorsque la grande aile est verticale, que l'aileron correspondant est également vertical, le bouton pressé à fond de course ne doit alors faire tinter aucune sonnerie ;
  • Un dispositif spécial de calage au moyen duquel la manivelle n° 1 peut être immobilisée lorsque la grande aile est dans la position horizontale ; si la reddition de voie par le poste suivant à lieu pendant que la manivelle n° 1 est ainsi calée, la grande aile ne tombe qu'après que la manivelle a été libérée du dispositif par l'Agent du poste ;
  • Un bouton de contrôle placé sur le côté de la boîte de l'appareil n° 2, pour vérifier :
    a) Lorsque l'aileron vient d'être effacé, que la grande aile correspondante est également effacée ; le bouton pressé à fond de course doit alors faire tinter une sonnerie trembleuse ;
    b) Lorsque l'aileron est horizontal que la grande aile correspondante est également horizontale ; le bouton pressé à fond de course ne doit alors faire tinter aucune sonnerie ;
  • Une sonnerie dite « sonnerie d'arrivée ».
    Elle commence à tinter lorsqu'un train annoncé arrive au poste et cesse de lorsque la manivelle n° 2 a cessé d'être immobilisée par les enclenchements de continuité visés au 14° ci-dessous ;
  • Une serrure dite « serrure de secours » dont l'entrée normalement plombée peut recevoir, après déplombage une clé permettant de libérer, si besoin est, l'aileron immobilisé en position horizontale ou en position verticale. Cette clé est normalement prisonnière dans une serrure dont elle ne peut être retirée sans qu'un signal désigné par la consigne du poste soit immobilisé à la fermeture ;
  • Un boulon d'assemblage cadenassé et plombé, reliant normalement entre eux les deux tronçons de la tringle de commande de la grande aile. Le dé montage de ce boulon permet de manœuvrer la grande aile à la main et de la fixer tantôt en position horizontale, tantôt en position verticale ;
  • Sauf exceptions motivées par des circonstances locales : un mât avancé, implanté de manière à pouvoir couvrir les trains arrêtés devant la grande aile du sémaphore et un damier vert et blanc annonçant cette grande aile dans les conditions prévues par l'article 3 bis de l'Ordre Général 11 ;
  • Sauf exceptions fixées par la consigne du poste, un appareil à pétards actionné par l'appareil de commande du damier vert et blanc annonciateur de la grande aile ou par un levier spécial et quelquefois un dispositif de retrait des pétards.
    Pendant tout le temps que la grande aile est à l'arrêt, les pétards doivent, en principe, être placés sur le rail ; ils ne peuvent pas être retirés même momentanément que si le franchissement de la grande aile à l'arrêt est autorisé et moyennant les précautions spéciales indiquées par la consigne du poste ;
  • Dans certains cas, un dispositif de mise hors circuit dont l'emploi est réglé par une annexe à la présent Instruction et par la consigne du poste ;
  • Des dispositions d'enclenchements (enclenchements de continuité, notamment) dont le fonctionnement est réglé par la consigne du poste.
 
 
 
 
 
 
 
RÉFÉRENCE
  • Chemin de Fer de Paris à Orléans • Instruction 290 (2e tirage) • Usage des sémaphores électriques pour le cantonnement des trains sur les lignes à double voie • 1927