Index
Suivante
Précédente
AUTOUR DE LIMOGES

LIMOGES <> PÉRIGUEUX DESCRIPTION

PÉRIGUEUX
 
LIGNE 611 LIMOGES-BÉNÉDICTINS - PÉRIGUEUX • LIGNE 621 COUTRAS - PÉRIGUEUX • PK 500
PÉRIGUEUX (24) • 45° 11' 14.3" N 00° 42' 27.1" E
LIGNE SECTION OUVERTURE
611 LIMOGES - PÉRIGUEUX Limoges - Nexon - Périgueux 16/08/1861
STATION PK ALTITUDE
(m)
OUVRAGES D’ART
REMARQUES
LONGUEUR 
(m)
LIMOGES-BÉNÉDICTINS 326.145 207 ◯ ⌽ 1956 : prise d’eau et pont tournant de 23.5 m  
  401.650 251 Tunnel de Limoges 1 024
  402.675 244 Ligne 590 Les Aubrais - Montauban-Ville-Bourbon  
  405.789   Viaduc sur la Vienne 93
  409132   Viaduc de la Briance 120
L'AIGUILLE 409376 233      
BEYNAC 411.720 257      
NEXON 421.193 329 1956 : prise d’eau  
  421.398   Ligne 613 Nexon - Brive-la-Gaillarde  
LAFARGE 429.429 406      
  438424   Ligne Saillat-Chassenon - Bussière-Galant
Fermeture voyageurs : 29/04/1940
 
BUSSIÈRE-GALANT 438.635 420 ◯ ⌽ 1956 : prise d’eau et pont tournant de 17 m  
  439.100   Ligne Bussière-Galant - Saint-Yrieix
Fermeture voyageurs : 15/12/1932
 
LA COQUILLE 448.643 337 1956 : prise d’eau  
MAVALEIX 453.052 300      
  460.498 276 Tunnel de Douyeras 327
      Ligne Le Queroy-Pranzac - Thiviers
Fermeture voyageurs : 15/04/1939
 
THIVIERS 463.440 253 ◯ ⌽ 1956 : prise d’eau et pont tournant de 17 m  
  463.874 252 Tunnel de Thiviers 402
      Ligne Thiviers - Saint-Aulaire
Fermeture voyageurs : 27/06/1940
 
LES GRANDES-BRUGES 468.78 203      
NÉGRONDES 473.173 174      
LIGUEUX 479.350 142      
AGONAC 484.428 123 1956 : prise d’eau  
CHÂTEAU-L'ÉVÊQUE 491.159 103      
CHANCELADE 494.549 94      
  499.243   Ligne 621 Coutras - Périgueux  
PÉRIGUEUX 500.086 87 ◯ ⌽ 1956 : prise d’eau et pont tournant de 24 m  

Jeudi 30 octobre 1930

UN DÉRAILLEMENT PRÈS DE PÉRIGUEUX

8 morts, nombreux blessés
(De notre correspondant particulier)

Périgueux, 29 octobre.

Le train de Genève-Bordeaux, qui doit arriver à Périgueux à 4 h. 31, a déraillé, ce matin, à 1 kilomètre de la gare de Ligueux, au passage à niveau de la Pompinette. Les deux machines ont été renversées et cinq wagons se sont télescopés. A 7 h. 30, on avait déjà retiré des décombres 8 morts et 15 grands blessés. De nombreux blessés légers ont été évacués sur Périgueux, où ils ont été transportés à l'hôpital et dans les cliniques. L'accident semble dû à l'état de la voie. Parmi les morts, on signale les deux mécaniciens des deux machines.

M. Andrieu, préfet de la Dordogne, s'est rendu sur les lieux, ainsi que le docteur Gadaud, sénateur-maire de Périgueux.

Bordeaux, 29 octobre.

Un certain nombre de voyageurs de l'express Genève-Bordeaux, qui a déraillé près de Périgueux. ont été amenés ce matin, à 10 h. 30, par un train de secours à la gare Saint-Jean à Bordeaux.

Le convoi était conduit en double traction par deux locomotives. Il transportait, notamment, 210 émigrants roumains, dont quelques-uns ont été légèrement blessés.

Un second train de secours, venant de Périgueux, doit arriver à Bordeaux vers midi. La circulation sur la ligne Paris-Bordeaux ne subira aucun retard. Les blessés ont été immédiatement conduits dans une clinique pour subir les soins que nécessitait leur état.

Bordeaux, 29 octobre.

Parmi les voyageurs blessés arrivés à Bordeaux, on signale le colonel Lesme, commissaire militaire à Évreux ; le caporal Lapeyronnie, du 3e. R. A. C., demeurant à la Réole ; M. Édouard Anel, d'Oyonnax (Ain) ; Mlle Germaine Wellen, de Cambo-les-Bains ; Mlle Jeanne Courrier, venant de Vichy et allant à Madrid ; M. Fromentin, chef de train du Bordeaux-Genève, demeurant à Bordeaux ; tous sont contusionnés, choqués ou commotionnés.

Les 210 Roumains émigrants, également arrivés à Bordeaux, embarqueront ce soir pour la République Argentine, emmenant ceux d'entre eux qui sont blessés.

La Compagnie d'Orléans a communiqué à ce sujet la note suivante :

Le train Genève-Bordeaux a déraillé, cette nuit, en pleine voie, à 25 kilomètres de Périgueux. pour une cause encore inconnue. Quelques voyageurs ont été blessés et on a relevé huit morts, dont deux mécaniciens qui conduisaient le train. Les deux voies principales sont obstruées.

Vendredi 31 octobre 1930

L'accident de chemin de fer de Ligueux

Le déraillement du train Genève-Bordeaux qui s'est produit hier à 4 heures du matin près de la gare de Ligueux (Dordogne), dans les circonstances que nous avons exposées, a causé la mort de quinze personnes.

D'après les divers renseignements fournis, voici comment le déraillement eut lieu :

II était 4 h. 5. Le « Genève-Bordeaux », remorqué par deux puissantes locomotives, marchait dans la descente de Ligueux à 100 kilomètres environ à l'heure, lorsqu'un choc formidable se produisit. Les locomotives déraillèrent entraînant derrière elles tout le convoi. Sur les douze wagons qui sortirent des rails et s'amoncelèrent les uns sur les autres, seule la dernière voiture fut épargnée. Les voyageurs indemnes organisèrent les premiers secours, tandis qu'un conducteur du train qui n'avait été que légèrement blessé demandait à la gare de Ligueux, distante de 1,500 mètres, de réclamer du secours à Périgueux. Alerté par Mme Coustillas, garde-barrière, le curé de Ligueux fit sonner le tocsin et, dans la nuit, les habitants du village se portèrent au secours des victimes. L’enchevêtrement des décombres était tel qu'ils ne purent dégager tous ceux dont ils entendaient dans la, nuit les cris de douleur.

Des secours s'organisèrent rapidement, et, dès le début de la matinée, les blessés, après avoir reçu sur place les premiers soins, furent transportés dans diverses cliniques, par des trains spéciaux venus de Périgueux et de Bordeaux. À 11 heures, deux wagons restaient à dégager. Les travaux se sont poursuivis activement durant l'après-midi. Deux grues de 50 et de 20 tonnes activent le déblaiement.

Les premiers résultats de l'enquête ont établi que l'accident est vraisemblablement dû à un affaissement de la voie. Le mécanicien du train 75, qui précédait le Genève-Bordeaux, avait senti, en passant à l'endroit où le déraillement s'est produit, que la voie n'était plus stable ; il avait signalé ce fait a son arrivée à Périgueux. Les gares de Négrondes et de Ligueux avaient été aussitôt avisées, et l'on avait envoyé un employé sur les lieux ; mais il était trop tard le Bordeaux-Genève était déjà sur l'endroit qui présentait du danger.

Samedi 7 mars 1931

Les responsabilités d'une catastrophe de chemin de fer.

On se rappelle cette catastrophe de chemin de fer qui se produisit le matin du 29 octobre dernier sur la ligne de Paris à Périgueux, entre Négrondes et Ligueux, et au cours de laquelle dix-sept personnes trouvèrent la mort. L'enquête judiciaire a révélé que la veille de l'accident un inspecteur de la traction avait signalé qu'il avait constaté des oscillations très graves dans son compartiment entre Négrondes et Ligueux. Les services compétents, qui reçurent cet avertissement, n'en tirèrent pas les conclusions de prudence qui s'imposaient. M. Noyer, juge d'instruction à Périgueux, a inculpé d'homicide par imprudence une dizaine d’employés de la compagnie de chemins de fer qui ont choisi pour défenseurs Mes Robert Lœwel, du barreau de Paris ; Serager et Desdemaine-Hugon, du barreau de Périgueux.

Vendredi 17 juillet 1931

Le déraillement de Ligneux.

Le tribunal correctionnel de Périgueux vient de statuer sur le cas des sept inculpés tenus pour responsables du déraillement, à Ligneux, de l'express Genève-Bordeaux qui, on le sait, causa, dans la nuit du 28 au 29 octobre dernier, la mort de seize voyageurs et fit une trentaine de blessés. Les condamnations suivantes ont été prononcées :

MM. Blanchard, inspecteur divisionnaire, 2,000 francs d'amende ; Marceaudon, chef de canton, six mois de prison sans sursis et 2,000 francs d'amende ; Merlot, chef de district, trois mois de prison avec sursis et 500 francs d'amende ; Morin, conducteur de train, un mois de prison sans sursis ; Filgadier, conducteur, deux mois de prison sans sursis. Le chef de train Faure et le mécanicien Lémery ont été acquittés.

RÉFÉRENCES