Index
Suivante
Précédente
AUTOUR DE LIMOGES

LIMOGES <> ANGOULÊME SERVICE D'OCTOBRE 1940 • LA LIGNE DE DÉMARCATION

TRACÉ  DE LA LIGNE DE DÉMARCATION DE LA ZONE OCCUPÉE (DÉCEMBRE 1941)
EXTRAIT DE LA CARTE « TRACÉ DE LA LIGNE DE DÉMARCATION DE LA ZONE OCCUPÉE (DÉCEMBRE 1941) »
DRESSÉ, DESSINÉ ET PUBLIÉE PAR L'INSTITUT GÉOGRAPHIQUE NATIONAL EN 1942

Suite à la défaite de juin 1940, le service entre Angoulême et Limoges était « provisoirement suspendu » entre La Rochefoucauld et Chasseneuil-sur-Bonnieure (9 km). Pour la région du Sud-Ouest, il en était de même sur la ligne Libourne - Aurillac entre Castillon et La Mothe-Montravel (5 km).

En 1940, suite à l'instauration de la ligne de démarcation qui ne ne peut être franchie qu'aux gares frontières où les arrêts des trains de voyageurs étaient de 30 minutes. C'est seulement à ces gares de contrôle que se fait tout le trafic ferroviaire entre le territoire occupé et le territoire non occupé dans le ressort de l'armée d'occupation (LE TEMPS du vendredi 19 juillet 1940).

L'ordonnance du 19 octobre 1940 signée par le commandant en chef de l'armée, stipulait qu'« en vertu des pleins pouvoirs qui m'ont été conférés par le Fuehrer und Oberster Befehlshaber der Wehrmacht … sera punie toute personne qui franchit sans autorisation la ligne de démarcation ou qui transfère dans la zone inoccupée des marchandises ou des moyens de paiement sans l'autorisation prescrite. »

Le 10 août 1940, les points de transit étaient : Orthez, Langon, Montpon-sur-l'Isle, Fleuré (ligne Poitiers-Limoges), Vierzon, Moulins, Paray-le-Monial, Chalon-sur-Saône.

Le transit par Mont-de-Marsan, La Chapelle-Saint-Ursin (ligne Vierzon-Montluçon), Seurre (ligne Dijon-Saint-Amour), Mouchard, Collonges, Fort-l'Écluse-Collonges (ligne Culoz-Genève) avait été supprimé (LA SNCF PENDANT LA GUERRE • Paul Durand • Presses Universitaires de France 1968).

Le laissez-passer ne sera plus exigé à partir du 1er mars 1943...

Jeudi 18 juillet 1940

MESURES ALLEMANDES CONCERNANT LA CIRCULATION
à travers la ligne de démarcation

Les autorités allemandes ont arrêté certaines mesures concernant la circulation à travers la ligne de démarcation, mesures qui intéressent les départements de la Gironde, de la Charente, de la Charente-Inférieure, des Landes et des Basses-Pyrénées.

La circulation frontalière n'est autorisée pour les voyageurs que dans une zone s'étendant sur une profondeur de cinq kilomètres des deux côtés de la ligne de démarcation et seulement pour les personnes ayant leur domicile fixe à l'intérieur de cette zone. Le passage à travers la ligne de démarcation n'est autorisé qu'en certains points prévus par les commandements allemands et qui seront fixés par eux.

Le passage de la zone non occupée dans la zone occupée, et vice versa, n'est permis en principe qu'aux personnes munies d'un laissez-passer. La demande des laissez-passer doit être adressée aux autorités de police locale (maires ou commissaires de police). Il ne pourra être donné suite à ces demandes que pour des raisons importantes d'ordre économique ou pour des raisons de famille.

Dans le territoire occupé, la police locale dirige les demandes à l'autorité militaire allemande, et dans le territoire non occupé à l'autorité militaire française compétente de l'endroit. Ces autorités sont chargées de donner leur avis. Les autorités françaises se portent garantes de l'intérêt justifié de la demande et de la personne même de l'intéressé.

Les laissez-passer délivrés par l'autorité militaire française compétente de l'endroit seront transmis aux points de passage fixés par l'autorité allemande compétente qui décidera de l'octroi des visas. Le retour des laissez-passer à l'intéressé se fait par la même voie.

Sont valables seuls les laisser-passer qui portent la signature des autorités françaises et le visa de l'autorité militaire allemande. Selon le but du voyage, il convient de limiter au strict minimum la validité des laissez-passer, tant au point de vue de la distance, qu'au point de vue de la durée.

Dans des cas de nécessité de service ou de nécessité d'ordre économique, il peut être délivré des laissez-passer permanents dont la validité peut aller jusqu'à trois mois.

L'exportation de petites quantités de marchandises, dont la contre-valeur est insignifiante, dans le sens zone occupée à zone non occupée, n'est l'objet d'aucune restriction.

GARE DE THIVIERS • 1939-1945
 
24/08/2021 • 15:43 • THIVIERS (24) • 45° 25' 08.5" N 00° 55' 16.3" E
LIMOGES > ANGOULÊME • OCTOBRE 1940
           
  MV 7152   754   758
  2e 3e   2e 3e   2e 3e
DIST. STATIONS           (B)
0
Limoges-Bénédictins
A     16:15   18:54
5 ● Limoges-Montjovis A     16:29   19:08
D 05:07   16:30   19:11
15 Aixe-sur-Vienne   05:24   16:43   19:25
22 Verneuil-sur-Vienne   05:36   16:52   19:34
32 Saint-Victurnien   05:53   17:05   19:48
37 Saint-Brice-sur-Vienne   06:02   17:12   19:55
42 ● Saint-Junien   06:16   17:18   20:05
49
● Saillat-Chassenon
A 06:29   17:28   20:17
D 06:34   17:29    
58 Chabanais   06:48   17:39    
62 Exideuil-sur-Vienne   06:57   17:46    
70
Roumazières-Loubert
A 07:16   17:57    
D 07:22        
74 Fontafie   07:30        
83 Chasseneuil-sur-Bonnieure ★   07:44        

        750   MV 7158  
        2e 3e   2e 3e  
95 La Rochefoucauld ★     09:21   19:14  
102 Montgoumard     09:34   19:29  
107 ● Le Quéroy-Pranzac A   09:41   19:38  
D   09:42   19:44  
113 ● Magnac-Touvre A   09:51   19:55  
D   09:52   19:56  
116 Ruelle     09:58   20:03  
123
Angoulême
D   10:09   20:14  
ANGOULÊME > LIMOGES • OCTOBRE 1940
           
      MV 7151   751
      2e 3e   2e 3e
DIST. STATIONS            
0
Angoulême
D     07:00   18:00
7 Ruelle       07:16   18:11
10 ● Magnac-Touvre A     07:22   18:16
D     07:29   18:17
16 ● Le Quéroy-Pranzac A     07:45   18:28
D     07:51   18:29
21 Montgoumard       08:01   18:36
28 La Rochefoucauld ★       08:15   18:48

      743 745   MV 7155  
      2e 3e 2e 3e   2e 3e  
40 Chasseneuil-sur-Bonnieure ★     08:06   17:00  
49 Fontafie     08:20   17:24  
53
Roumazières-Loubert
A   08:25   17:32  
D   08:35   17:58  
61 Exideuil-sur-Vienne     08:46   18:12  
65 Chabanais     08:53   18:21  
74
● Saillat-Chassenon
A (A) 09:02   18:34  
D 06:36 09:07   18:52  
81 ● Saint-Junien   06:49 09:20   19:25  
86 Saint-Brice-sur-Vienne   06:56 09:26   19:34  
91 Saint-Victurnien   07:03 09:33   19:49  
101 Verneuil-sur-Vienne   07:18 09:47   20:07  
106 Aixe-sur-Vienne   07:28 09:56   20:19  
118 ● Limoges-Montjovis A 07:43 10:10   20:38  
D 07:44 10:15      
123
Limoges-Bénédictins
A 07:56 10:27      
SIGNES ET ABRÉVIATIONS
Service provisoirement suspendu entre La Rochefoucauld et Chasseneuil-sur-Bonnieure et vice versa.
Gare d'embranchement.
Buffet.servant des mets et des mets chauds.
La délivrance des billets et l'enregistrement des bagages de ou pour cette localité sont soumis à certaines conditions ou restrictions.
MV Marchandises voyageurs.
(A) Sauf dimanches.
(B) Sauf samedis.

Vendredi 26 février 1943

VOICI DANS QUELLES CONDITIONS
on pourra franchir
LA LIGNE DE DÉMARCATION

Le public a été informé qu'à partir du 1er mars la circulation à travers la ligne de démarcation sera libre pour les citoyens français, à l'exception des Juifs et des indésirables. Il est, à l'heure actuelle, possible d'apporter les précisions suivantes sur les conditions dans lesquelles la circulation pourra s'effectuer de part et d'autre de la ligne.

I. — Dispositions générales

1. Le franchissement de la ligne est possible pour les ressortissants français en un point quelconque de la ligne de démarcation. Un contrôle sera cependant effectué aux seize points de passage suivants : Orthez, Mont-de-Marsan, Langon, Montpont. La Rochefoucauld, Fleuré, Jardres, Vierzon, Bourges, Moulins, Digoin. Paray-le-Monial, Chalon-sur-Saône, Seurre, Barcey, Coupy.

2. Les ressortissants français ne seront admis à franchir la ligne de démarcation que s'ils sont munis d'une carte d'identité validée pour l'année 1943 dans des conditions précisées plus loin.

3. Les fonctionnaires et agents des services publics pourront justifier de leur identité au moyen de la carte d'identité délivrée par leur administration si elle comporte une photographie et sur présentation d'un ordre de mission. Si cette carte est validée pour l'année 1943, la présentation de l'ordre de mission ne sera pas nécessaire.

II. — Dispositions concernant le trafic ferroviaire

1. Il ne sera pas possible à la S.N.C.F., en raison des moyens réduits dont elle dispose en machines, voitures et combustibles, d'augmenter le volume actuel du trafic. Il est donc indispensable que le public comprenne la nécessité de se discipliner et de reporter aux dates les plus éloignées du 1er mars les voyages entre les deux zones qu'il aurait l'intention d'effectuer.

2. Pour étaler dans le temps les mouvements des voyageurs et pour les rendre compatibles avec les moyens journaliers dont dispose le chemin de fer, il a été décidé qu'à partir du 1er mars et jusqu'à nouvel avis l'inscription préalable sera exigée dans les trains express circulant entre les deux zones.

III. — Dispositions concernant la validation des cartes d'identité

1. Il est rappelé tout d'abord que les cartes d'identité délivrées antérieurement au 1er janvier 1943 et non validées, si elles ne permettent pas le franchissement de la ligne de démarcation, conservent néanmoins toute leur valeur justificative de l'identité de leurs titulaires.

2. Pourront être soumises à la formalité de la validation :

a) les cartes d'identité délivrées du 1er novembre 1940 au 31 décembre 1942 par une autorité administrative qualifiée (préfet, maire, commissaire de police) ;

b) les cartes d'identité délivrées avant le 1er novembre 1940, mais validées, depuis cette date, entre le 1er novembre 1940 et le 31 décembre 1942.

3. Les cartes d'identité délivrées depuis le 1er janvier 1943 n'ont pas besoin d'être validées.

4. Les cartes d'identité entrant dans l'une des catégories visées au paragraphe III ci-dessus pourront être validées par le préfet, le maire ou le commissaire de police de la résidence présente du demandeur, quel que soit le lieu de délivrance de la carte et l'autorité qui l'a établie.

IV. — Dispositions spéciales et transitoires concernant Paris et le département de la Seine

En vue d'éviter que l'afflux des demandes de validation ne retarde l'accomplissement de cette formalité, les dispositions suivantes ont été arrêtées :

a) Jusqu'à nouvel ordre la validation des cartes d'identité ne sera effectuée que sur présentation par les voyageurs d'un ticket de location de place ou d'une fiche d'admission délivrée par les gares de Paris-Lyon et de Paris-Austerlitz et par les agences S.N.C.F. suivantes : Tivoli (86, rue Saint-Lazare), Capucines (16, boulevard des Capucines), Champs-Élysées (127, avenue des Champs-Élysées), ainsi que par l'agence de wagons-lits Cook de la place de la Madeleine, à destination des gares de zone non occupée ;

b) La validation pourra être effectuée, à Paris, dans les commissariats de police de quartiers et, en banlieue, dans les commissariats de police de circonscriptions dans les conditions prévues au paragraphe III ci-dessus ;

c) Toutefois, en vue d'éviter au public des démarches inutiles, les services de la préfecture de police ont pris, en accord avec la S.N.C.F., des dispositions en vue de procéder dans les gares ou dans les agences précitées, au moment de la délivrance des tickets de location ou des fiches d'admission, à la validation des cartes d'identité. Les voyageurs pourront ainsi, au même guichet, retirer les titres leur donnant accès dans les trains et faire valider leurs cartes d'identité pour leur permettre de franchir la ligne de démarcation ;

d) Les personnes démunies de cartes d'identité ou dont la carte antérieure au 1er novembre 1940 n'a pas été validée depuis cette date, sont dispensées de prendre un ticket de location ou une fiche d'admission. Les demandes de carte d'identité seront déposées dans les conditions habituelles dans les commissariats de police et seront instruites selon la procédure normale.

Le gouvernement invite la population à n'user, dans son propre intérêt, qu'avec modération des facilités qui lui sont accordées.

Il est évident, en effet, que les possibilités de transport par fer ne sont pas susceptibles de s'accroître. Par conséquent, toute personne qui, en effectuant un déplacement sans raison impérieuse, occupe une place qui pourrait être plus utilement employée, prive un de ses concitoyens d'accomplir un voyage utile à l'intérêt national ou simplement justifié par des considérations personnelles importantes.

Le gouvernement veut espérer que cet appel sera entendu et compris.

GARE DE SAINT-SULPICE-LAURIÈRE • 1939-1945
 
27/08/2021 • 15:51 • SAINT-SULPICE-LAURIÈRE (87) • 46° 02' 49" N 01° 28' 34" E

Vendredi 2 avril 1943

En ces temps difficiles n'écoutez pas trop l'invitation au voyage

​Le retour du printemps et les facilités accordées pour le passage de la ligne de démarcation incitent au voyage.

On comprend aisément, en effet, l'ardent désir de tant de gens, séparés des leurs depuis si longtemps, de profiter des beaux jours pour retrouver leur famille ou leurs amis.

Et puis, on parle des vacances…

Cependant, les Français doivent se rendre compte de la situation dans laquelle se trouve le pays.

Avant de penser à la satisfaction de leurs désirs personnels et même de leurs plaisirs, ils devraient ne pas oublier l'intérêt général et se plier de bonne grâce à la discipline qu'on a réclamée d'eux au moment même où le chef du gouvernement, M. Pierre Laval, obtenait l'assouplissement de la ligne de démarcation.

Malgré tous les efforts accomplis par la Société Nationale des Chemins de Fer, les difficultés de transports demeurent. Le manque de charbon, d'huile, de locomotives, de wagons et les nécessités du ravitaillement ne permettent pas de multiplier les trains comme autrefois.

C'est pourquoi les voyages d'agrément ne sont pas de mise en ce moment où tous doivent participer aux restrictions.

RÉFÉRENCES