Index
Suivante
Précédente
AUTOUR DE NÎMES • LIGNE FLORAC - SAINTE-CÉCILE-D'ANDORGE

LIGNE FLORAC - SAINTE-CÉCILE-D'ANDORGE

ND N° 202 CHEMINS DE FER DÉPARTEMENTAUX FLORAC-SAINT-CÉCILE D'ANDORGE (1935)
MUSÉE DES TRAMWAYS À VAPEUR ET DES CHEMINS DE FER SECONDAIRES FRANÇAIS (MTVS)
ND N° 202 CHEMINS DE FER DÉPARTEMENTAUX FLORAC-SAINT-CÉCILE D'ANDORGE • DE DION-BOUTON (1935)
16/09/2012 • BUTRY-SUR-OISE (95) • 49° 05' 25.7" N , 02° 12' 03.3" E
 

➤ Lu dans “ Le Temps ” du mardi 26 janvier 1909 (*)

“ Déraillement criminel. — On nous télégraphie de Mende que sur la ligne en construction de Florac à Sainte-Cécile-d'Andorge, à trois kilomètres de la gare de Saint-Julien-d'Arpaon, deux poutrelles posées en travers sur les rails ont fait dérailler un train d'approvisionnements. Comme le convoi allait à reculons, seuls les wagons de queue ont eu à souffrir le dernier a été complètement broyé. C'est la deuxième tentative de ce genre à trois jours d'intervalle. ”

➤ Lu dans “ Le Temps ” du mardi 9 février 1909

“ Explosion inopinée de mine. — On nous télégraphie de Mende 

Un accident de mine s'est produit hier sur la ligne en construction de Florac à Sainte-Cécile-d'Andorge, au chantier dit Bas-Béronde.

Un groupe d'ouvriers venaient de faire partir plusieurs coups de mine et certains d'entre eux s'étaient approchés pour se rendre compte des résultats lorsqu'une explosion se produisit. Des blocs de rocher atteignirent les imprudents, notamment Antonin Vilabrègue, âgé de quarante-huit ans, originaire de l’Aude et un Italien, Arbin Gaspardini, âgé de quarante et un ans, qui, frappés à là tête, expirèrent quelques instants après. ”

➤ Lu dans “ Le Temps ” du mardi 21 septembre 1909

Discours ministériel

M. JEAN DUPUY À FLORAC

“ Ainsi qu'on le sait, déjà M. Jean Dupuy, ministre du commerce, a présidé hier à Florac dans la Lozère, à l'inauguration du chemin de fer allant de cette ville à Sainte-Cécile, et qui établit une communication directe avec la grande ligne Paris-Clermont-Alais.

Un banquet de 1,500 couverts a eu lieu sous la présidence de M. Jean Dupuy.

Au dessert, le préfet, au nom des populations cévenoles, a porté un toast au président de la République.

M. Louis-Dreyfus, député et maire de Florac, a. remercié tous les invités et particulièrement le ministre du commerce ; il a affirmé l'attachement sincère des populations cévenoles aux institutions républicaines. L'arrondissement de Florac a toujours été amoureux des idées de progrès et de liberté. Il a terminé en buvant à la République et au ministre du commerce.

Le ministre du commerce a prononcé ensuite un discours applaudi, dont voici les principaux passages :

Le cabinet formé par M. Briand, a-t-il dit, est un cabinet de large concentration républicaine, dans lequel, figurent des hommes appartenant à toutes les fractions de notre parti. Si ces hommes diffèrent par leur origine, s'ils appartiennent à des groupes distincts du parti républicain, s'ils gardent aujourd'hui même leur doctrine personnelles, il sont tous cependant sincèrement et fermement unis pour servir au pouvoir une même politique. Si cette politique est, comme on l'a dit, une politique de détente et d'apaisement, elle n'est pas et elle ne sera pas à coup sûr une politique de faiblesse ou de recul.

Je n'ignore pas les critiques formulées par nos adversaires : ils reprochent au gouvernement républicain de mal administrer le pays et surtout d'accroître sans cesse le poids des charges publiques.

Il ne m'appartient pas, messieurs, au cours de ces rapides observations de passer en revue tous les progrès réalisés par la troisième République. Ils sont considérables. Pour s'en convaincre il suffit de comparer la situation de notre pays il y a trente ans à celle d'aujourd'hui au point de vue de l'instruction publique, de l'hygiène, de l'assistance, de la prévoyance, de la législation ouvrière, au point de vue du crédit et de l'autorité de la France dans le monde. Voilà la réponse à faire à nos adversaires : c'est la justification de la politique républicaine. Il faut continuer cette politique avec sagesse, avec méthode et avec persévérance ; elle est possible par l'union de tous les républicains. C’est à cette union que je vous convie pour la prospérité de la France et la grandeur de la République !  ”

5745 STE-CÉCILE-D'ANDORGE — FLORAC (Autorails) • Service d'hiver 1954
CHEMINS DE FER DÉPARTEMENTAUX
(LIGNE DE LA LOZÈRE)
 
Km   A   STATIONS     A
» 09:12 12:45 18:20 18:55 D Ste-Cécile-D'Andorge 08:30 11:10 17:55 18:40
22 09:58 13:32 19:06 19:41 St-Privat-de-Vallongue* 07:47 10:25 17:09 17:54
49 10:52 14:25 20:00 20:35 Florac D 07:00 09:30 16:15 17:00
   
Autres principaux arrêts :
  • Le Collet-de-Dèze* (7 km)
  • St-Hilaire-de-Lavit* (13 km)
  • St-Frézal-de-Ventalon* (18 km)
  • Rouvre-Jalcreste* (28 km)
  • Cassagnas-Barre* (34 km)
  • St-Julien-D'Arpaon* (41 km)
A Lundis non fériés, Mercredis non fériés, Jeudis non fériés, Samedis non fériés.
* Enregistrement direct pour cette localité des bagages au départ de la S.N.C.F.
RÉFÉRENCES