Index
Suivante
Précédente
SOUILLAC ➤ SAINT-DENIS-PRÈS-MARTEL ➤ AURILLAC

CAZOULÈS - SOUILLAC - SAINT-DENIS-PRÈS-MARTEL • L'INAUGURATION DU 16 JUIN 1889

VIADUC DE LA BORRÈZE
 
LIGNE 590 LES AUBRAIS - MONTAUBAN-VILLE-BOURBON • PK 536 • VIADUC DE LA BORRÈZE (570 M)
 
SOUILLAC (46) • 44° 54' 07.5" N 01° 27' 59.9" E
 

➤ Lu dans “ Le Temps ” du dimanche 16 juin 1889 (*)

 

FAITS DIVERS

“ — Le ministre des travaux publics a autorisé la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans à ouvrir à l'exploitation, le 16 juin 1889, les sections de Cazoulès à Souillac (ligne de Montauban à Brive) et de Souillac à Saint-Denis-lès-Martel (ligne de Saint-Denis-lès-Martel au Buisson).

Ces deux sections ont une longueur totale de 23 kilomètres et demi. ”

 

➤ Lu dans “ Le Temps ” du lundi 17 juin 1889 (*)

DERNIÈRES DÉPÊCHES
DES CORRESPONDANTS PARTICULIERS DU TEMPS

Le Buisson, 16 juin.

“ M. Yves Guyot, ministre des travaux publics, est arrivé ici, ce matin à sept heures, par train spécial, pour inaugurer le chemin de fer de Cazoules à Saint-Denis-près-Martel et la gare de Souillac.

À son arrivée au Buisson, le ministre a été reçu par M. Bernard, secrétaire général de préfet du Lot.

Souillac, 16 juin.

Le train ministériel a quitté le Buisson à huit heures.

À Sarlat, M. Fournier, préfet de la Dordogne, a présenté au ministre les fonctionnaires du département.

Dans le salon d'attente de la gare, M. Clerjounie, maire de Sarlat, a prononcé un discours vibrant de patriotisme, assurant le ministre qu'il n'y avait plus place dans cette commune pour l'aventure boulangiste.

M. Yves Guyot répond que l'Exposition actuelle, dont le succès est incontesté par le monde entier, prouve la vitalité de la République qui sortira triomphante aux élections prochaines.

Les cris de : « Vive le ministre! Vive la République ont salué le départ du train.

À la gare de Souillac, le maire, M. Olive, a remercié le ministre d'être venu présider à l'inauguration d'un chemin de fer que la population doit à l'amour que Gambetta portait à sa province natale, et à l'affection de M. de Freycinet qui fait rejaillir sur la ville un peu de l'éclat de sa renommée en s'intitulant enfant de Souillac.”

RÉFÉRENCE